KIFF NO BEAT


Kiff No Beat est un des groupes Hip Hop les plus populaires de Côte d’Ivoire. Composé de 5 membres, il a été créé courant 2009.

Le groupe commence par se faire un nom sur les scènes d’Abidjan, avant de se faire connaître du grand public grâce, entre autres, à sa victoire lors du concours de Hip Hop télévisé FAYA FLOW.
Les membres du groupe KIFF NO BEAT sont originaires d’ Abidjan. A l’origine, le groupe comptait Gnahoré Okou Camille (Black K), N’wolé Brice (Elow’n) et Bassa Zéréhoué Diyilem (Didi B), réunis sous le nom KNB.
D’autre part, existait le duo JEKBOYZ constitué de Kouakou Jonathan Charley (Joochar) et de Konan Franck Guy Mares (El Jay).
C’est la fusion, en 2009, de KNB et JEKBOYZ qui donnera naissance au groupe KIFF NO BEAT.

SPÉCIFITÉS DU GROUPE
L’appellation KIFF NO BEAT («Aime nos mélodies») est une invitation à prêter attention aux œuvres, aux actions, et aux messages du groupe à-travers sa musique.
La diversité des genres musicaux pratiqués (R&B, Ragga/Dancehall, Rap, Pop) et les chorégraphies élaborées constituent une particularité qui distingue ce groupe de jeunes artistes, qui ont tous la vingtaine.
Ces atouts ont permis au groupe d’être lauréat du plus grand concours de rap en Côte d’Ivoire, «Faya Flow» organisé en 2010 par Orange Côte d’Ivoire et la JACH (Jeunesse Active de la Culture Hip Hop).
Ils ont ainsi développé un genre musical spécifique, le Dirty Décalé, né d’un mélange entre le Rap Dirty South américain et le coupé-décalé ivoirien. Leurs albums et mixtapes sont généralement très représentatifs de cette diversité d’influences musicales.

PREMIERS TRAVAUX ET SUCCÈS.
En 2010, KIFF NO BEAT entre en studio et sort un album de 16 titres aussi variés que colorés. Il s’appellera « Cadeau de Noël », pour offrir à la Côte d’Ivoire le cadeau qu’elle n’a pas reçu en décembre 2010, compte tenu des événements douloureux qu’elle a pu connaître.
La cérémonie de sortie officielle de l’album a eu lieu le 27 août 2011, au Village Ki -Yi à la Riviera (Abidjan), dans une salle pleine de 500 personnes environ.
En 2012, KIFF NO BEAT sort une mixtape intégralement Rap, constituée de 23 titres. Intitulé Jackson Five, le projet est conçu pour maintenir son public en preparant le deuxieme album du groupe. Cette mixtape, publiée le 15 septembre 2012, fait le buzz dans le milieu Hip Hop ivoirien. En novembre de la même année, Kiff No Beat annonce sa tournée nationale YMGTOUR, qui les amènera à se produire aux quatre coins de la Côte d’Ivoire.
Pendant l’année 2013, KIFF NO BEAT confirme son statut du meilleur Artiste/groupe Hip Hop de Cote d’Ivoire avec les deux extraits de son second album (“Pétards d’Ados”): Samusement (sorti le 6 juillet) et “‘Shooto (sorti le 4 décembre 2013). Ils terminent l’année 2013 avec un spectacle privé pour ses fans au Café de Versailles d’Abidjan.
L’album “Pétards d’ados” sort le 29 mars 2014, sous le label DA CARMEN PRODUZIONE et sera présenté aux médias ivoiriens lors d’une conférence de presse à Abidjan le même mois. Le projet sera édité en copies physiques et également disponible sur l’ensemble des principales plateformes de téléchargement légales (iTunes, Deezer, Spotify, Amazon..).
Le titre “Tu es dans pain”, enregistré pour la promotion de l’album (et absent de la tracklist), sort au début de l’année 2014.

« TU ES DANS PAIN »
Enregistré en tant que single promotionnel pour leur second album, le titre Hip Hop « Tu es dans pain », sorti début 2014, a connu un succès sans précédent pour le groupe, le faisant connaître à l’international et notamment en France. En effet, avec l’aide de l’agence de management créatif PANNELLE & Co, la vidéo du titre sera diffusée sur plusieurs chaînes à fortes audiences telles que TRACE URBAN, ainsi qu’une dizaine de sites musicaux reconnus. La chanson sera sélectionnée par MTV pour représenter la Côte d’Ivoire pendant la Coupe du Monde 2014, et téléchargée plus de 21.000 fois sur le site musical shadocris.com.
Par ailleurs, plusieurs poids lourds du rap français tels que Mokobé, Ol’Kainry, Joke et Dinos Punchlinovic (tous les deux derniers signés au sein du label DEF JAM France) vont soutenir le groupe publiquement en publiant le lien de la vidéo ou des paroles du titres sur leurs réseaux sociaux respectifs. Le buzz sera tel que Les Inrocks, leader de la presse culturelle française, dira sur son site web que « Tu es dans pain a le potentiel d’un tube de l’été ».
Pendant ce temps, KIFF NO BEAT dévoilera un nouveau clip, pour le titre « Anita », quatrième extrait de leur album « PETARDS D’ADOS ». Cette vidéo sera diffusée par BeBLACK TV, TRACE Urban, ainsi que par des médias nigérians, dont la chaîne musicale 1D MUSIC TV, cela marquant la 1ère diffusion de clip vidéo en pays anglophone pour le groupe. Pour autant, « Tu es dans pain » continuera sur sa lancée, puisque le titre sera repris par le rappeur français ALONZO (DEF JAM), à travers un remix qu’il publiera le 1er août 2014. Cela donnera un nouvel élan à la popularité du morceau, qui est par ailleurs joué lors de soirées branchées dans la capitale française (Le Comptoir Général, Yard Summer Club etc..).
« Tu es dans pain » permettra également à KIFF NO BEAT de figurer parmi le Top 10 des artistes africains du moment, publié par la chaîne télévisée TRACE, en juillet 2014.

BIOGRAPHIE BLACK K
Membre fondateur de KIFF NO BEAT
GNAGBO GNAHORE Okou Camille (Black.k), fils de Boni GNAHORE (artiste chanteur et percussionniste de renom issu du village panafricain Ki-yi M’bock de Wèrè Liking) est né le le 21 décembre 1993 à Agou (Côte d’Ivoire).
Black K. a passé son enfance au village ki-yi, bercé par les sons de tambours, de chants polyphoniques et de balafons. C’est tout naturellement, imprégné de cette manne artistique qu’il répond à l’appel de l’art en composant et chantant des airs de rap.
Dès l’école primaire, il se distingue par ses nombreuses participations à l’exécution de sketchs et pièces de théâtre scolaires.
En 1998, il participe à la célèbre émission culturelle et artistique de vacances des enfants dénommée « Wozo vacances ».
Dès lors, il succombe au « virus » de l’art et se succèdent ainsi des compositions de textes et interprétations avec Brice N’wolé son cousin (Elown). Ensemble, ils enregistrent « master two », une mixtape qui passera de portable en portable par Bluetooth, internet et autres.
Des amis et parents apprécient leur originalité. Black K. prend goût et décide de créer un groupe de RAP avec son cousin, groupe qui s’appellera KNB (Kamille and Brice). Les free-styles, l’animation des Sound system se multiplient.
En 2009, Black K. fait appel à son frère du village Ki-yi, Didi B., qui les rejoint dans la KNB, qui est alors rebaptisée KIFF NO BEAT. Ensemble ils enregistrent « master one ».
Le groupe JEKBOYZ, rencontré au Balistik Studio, les invite en featuring sur leur chanson. Ensuite, les deux groupes fusionnent et participent à FAYA FLOW, le plus grand concours de RAP en Côte d’Ivoire qu’ils remportent haut la main.
Black K. est un artiste influencé par la musique contemporaine, et notamment la musique qui puise ses racines dans les traditions. Ses influences vont de sa sœur Dobet GNAHORE, au camerounais Richard BONA en passant par le rappeur Ace Hood.
Côté technique, les rimes riches ou suffisantes, les refrains avec vocodeurs sont ses armes secrètes.

BIOGRAPHIE EL JAY
Né le 16 juillet 1989 à Abengourou (Côte d’Ivoire), Konan Franck Guy Mares alias El Jay, a commencé à s’intéresser au Hip Hop quand ses parents se sont installés à Yamoussoukro.
En 2004, il intègre le groupe de danse HIP HOP, où il pratique le break dance, pop’ in, krump etc.
Quand son père est affecté en 2008, toute sa famille s’installe à Bingerville , où il se fait de nouveaux amis dans le milieu Hip Hop. C’est là qu’il rencontre Joochar (Jonathan Charley KOUAKOU) qui, en plus de la danse, s’intéresse aussi à la pratique de la musique. Tous les deux décident de donner vie à un groupe de Rap, ‘’ You Be Boyz’’. Ils seront plus tard rejoints par un autre membre, Kilvine 06.
En 2009, pour des raisons d’incompatibilité d’humeur, Kilvine 06 abandonne les You Be Boyz, qui deviennent les Jerkboyz. El Jay et Joochar rentrent en studio pour enregistrer et c’est là qu’ils rencontrent le trio KIFF NO BEAT, composé alors de Didi B, Elow’n et Black K.
Ils placent leurs voix en featuring sur un titre de KNB, ‘’Roger That’’ et l’expérience est si enrichissante que les deux groupes décident de fusionner. Ainsi naît KIFF NO BEAT sous sa forme actuelle.
El Jay est un artiste qui allie harmonieusement composition et interprétation de mélodies RNB et RAP. Ces dispositions vocales particulières, ainsi que son talent pour la danse, augurent d’un brillant avenir pour lui dans la musique.

BIOGRAPHIE ELOW’N
N’WOLE BRICE, né le 10 octobre 1990 à Issia dans l’Ouest de la Côte d’Ivoire d’un père instituteur, passera toute son enfance à voyager à travers le pays à la faveur des différentes affectations de son père. Cela lui permettra de rencontrer des gens de cultures diverses et d’apprendre plusieurs langues locales ivoiriennes telles que le Malinké, l’Appolo, l’Agni ou encore le Baoulé.
A chaque vacances scolaires à Abidjan, il se rend au village panafricain KIYI, chez son oncle Boni GNAHORE. C’est d’ailleurs au contact de ce milieu hautement artistique qu’il s’empreigne de l’art en général, et de la musique en particulier.
Avec son cousin GNAHORE Camille (Black K.), il compose ses premières rimes, fréquente les studios d’enregistrement et les concours de freestyle.
Le 25 juin 2006, au décès de son père, il décide de lui rendre hommage en portant son nom inversé comme nom d’artiste : N’wolé devient donc Elow’n.
Après un brillant parcours scolaire, il obtient son baccalauréat en 2008. Étudiant en philosophie, il allie parfaitement études et musique avec son groupe KIFF NO BEAT.
Elow’n se distingue par son flow (sa capacité à prononcer de façon saccadée et rapide plusieurs mots ). En dehors de la musique, Elow’n a d’autres cordes à son arc : il est également tatoueur et designer.

BIOGRAPHIE JOOCHAR
Kouakou Jonathan Charley (Joochar), est né le 15 novembre 1990 à Abidjan d’un père journaliste et d’une mère institutrice.
Très tôt, Joochar se découvre une âme d’artiste. A la paroisse Saint Michel où il est scout et servant de messe, il intègre la troupe de théâtre et la chorale.
Le fait de voir son père fréquenter l’INSAAC, manager des artistes et prendre des cours de danse au village Ki-yi finissent de le convaincre d’avoir trouvé sa voie.
A 15 ans, il couche sur papier ses premiers poèmes qui ont pour thème l’amour. Il les lit à haute voix et leur donne vie à travers sous forme de mélodies.
Sa rencontre avec les œuvres de l’artiste jamaïcain Sean Paul marquera un tournant. Ses poèmes prennent peu à peu des allures de textes rappés. Dès lors, il participe à des concours de rap, de freestyle et les lieux de sound system deviennent ses terrains de prédilection.
En 2009, Joochar rencontre El Jay et forme avec lui le groupe JEKBOYZ… avant d’intégrer le groupe tous deux le groupe KIFF NO BEAT.
Joochar se caractérise par son style Ragga-Dancehall. En plus de la musique et de la danse, il se passionne également pour le dessin, domaine dans lequel il excelle.

BIOGRAPHIE DIDI B.
Bassa Zéréhoué (Didi B), leader de KIFF NO BEAT est le fils de Bassa Bomou (Transfuge du village KI-YI, pianiste, comédien et arrangeur) et de Feue Péhoula Zéréhoué, danseuse, chorégraphe et créatrice du groupe Kagnondé qui a raflé plusieurs trophées à travers le monde. Didi B. est né au village Ki-yi et y a passé son enfance jusqu’à l’âge de 10 ans.
Il fait ses premiers pas dans l’art en apparaissant comme un acteur à part entière dans le clip « Death Society » de Meiway (il incarne un garçon de 3 ans qui découvre le corps de son père parmi tant d’autres et pleure silencieusement). Après ce premier essai concluant, Meiway le recontacte pour deux autres de ses clips : « Ahissan » (il y joue un enfant de la rue, vêtu de haillons) et «Le dernier siècle », issu de l’album Extra-Terrestre (le petit garçon qui porte des bretelles à gauche de Meiway et à cheval avec une fillette) Dès lors , le chanteur Paul Madys le remarque et fait de lui quelques années plus tard , à l’âge de 10 ans, l’acteur principal du clip vidéo de sa chanson intitulée « Arrêtez» (on se souviendra encore de ce garçon perché dans les arbres et scandant le refrain : « Arrêtez ! ne détruisez pas mon pays ! ») . Il est ensuite retenu pour un rôle dans une série télé produite par l’UNICEF ; il apparaît dans l’épisode « le réfugié ». Quand Malou Amley décide de faire le clip vidéo de sa chanson « Ah les hommes », elle lui confie le rôle du jeune garçon guitariste.
Apres ce véritable parcours d’acteur, il s’adonne à la chanson et adopte le Hip Hop comme créneau.
Son choix d’expression musicale : Le rap Hardcore. Il ponctue souvent son flow avec des onomatopées de colère, de rage ou d’étonnement. Coté Technique, on lui reconnaitra ses punchlines (Citations, proverbes, phrases choc etc.) ses rimes riches. Au delà des freestyles dans lesquels il élève la voix, Didi B ne s’enferme pas dans un genre spécifique En effet, il use de tous les registres de la voix (harmonie, mélodies et voix grave). Ses influences : la détermination et la recherche de perfection de Michael Jackson, ainsi que Black Mesrimes (Sexion d’assaut) pour la diversité de son registre vocal.

Commentaires

laissez vos commentaires